Image

Le mystère d’une coupe antique élucidé 1600 ans après !


 Le mystère d'une coupe antique élucidé 1600 ans après !

Il y a 1600 ans, les Romains utilisaient déjà des nanotechnologies Publié par Martin Koppe, le 04 mars 2014 Facebook 361Twitter 2 La coupe de Lycurge est un exemple de la maîtrise de certaines nanotechnologies par les Romains : elle change de couleur selon la position de la source lumineuse. Les chercheurs qui étudiaient le phénomène ont découvert une nouvelle technique pour analyser les liquides. Avez-vous déjà partagé cet article? Partager sur FacebookPartager sur Twitter Facebook Twitter Les affinités des Romains avec la technologie étaient bien connues, mais de là à les voir maitriser un domaine que notre société commence tout juste à étudier… La coupe de Lycurge, conservée au British Museum, passe ainsi du vert au rouge selon la manière dont elle est éclairée. Un processus rendu possible par… les nanotechnologies ! Comme le rapporte le Smithsonian Magazine, le phénomène est resté mystérieux jusque dans les années 90. Les chercheurs ont alors constaté que le verre de cette coupe contient d’infimes particules d’or et d’argent. Broyées jusqu’à une taille de 50 nanomètre, elles entrent bien dans la catégorie des nanoparticules dont la taille maximale est fixée à 100 nanomètres. Un essai qui mène à une découverte Sous l’effet de la lumière, les électrons de ces particules se mettent à vibrer d’une manière qui affecte la couleur de l’objet selon la position de l’observateur. Les chercheurs ont alors pensé qu’un phénomène similaire devait se produire quand la coupe était remplie. Ils n’ont pas été autorisés à tester cette hypothèse sur le précieux artéfact, mais ils en ont recréé les conditions en laboratoire. Des nanoparticules d’or et d’argent ont été injectées dans des cavités microscopiques et différents liquides ont été versés dedans. Résultat, une couleur verte s’est dégagée pour l’eau mais, en présence d’huile, tout a tourné au rouge. Plus surprenant, ce procédé s’est révélé incroyablement efficace pour détecter les variations de la concentration en sel de certaines solutions. Le procédé s’est même avéré être jusqu’à cent fois plus sensible que les capteurs du même type actuellement commercialisés ! Plusieurs applications possibles « Les Romains savaient comment fabriquer et utiliser des nanoparticules pour faire de l’art, s’enthousiasme Gang Logan Liu, un ingénieur de l’université de l’Illinois qui a participé à l’étude. Nous voulions voir si cela pouvait avoir des applications scientifiques ». Cette découverte ouvre la porte à de nouvelles applications pour la détection de maladies ou de produits dangereux. La coupe de Lycurge, dans les collections du musée depuis les années 50, date du quatrième siècle. Sa provenance exacte est inconnue car l’objet est passé de collections en collections sans avoir été déterré sur un chantier. Cela explique son état de conservation exceptionnel.

En savoir plus: http://www.maxisciences.com/nanotechnologie/il-y-a-1600-ans-les-romains-utilisaient-deja-des-nanotechnologies_art32108.html
Copyright © Gentside Découverte

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s