Image

Des rats géants coloniseront-ils la Terre si l’humanité disparait ? En savoir plus: http://www.maxisciences.com/rat/des-rats-geants-coloniseront-ils-la-terre-si-l-039-humanite-disparait_art31957.html Copyright © Gentside Découverte


Des rats géants coloniseront-ils la Terre si l'humanité disparait ?  En savoir plus: http://www.maxisciences.com/rat/des-rats-geants-coloniseront-ils-la-terre-si-l-039-humanite-disparait_art31957.html Copyright © Gentside Découverte

Avec leur capacité à coloniser tous types de milieux, les rats seraient les meilleurs candidats pour prendre la suite des humains après une éventuelle extinction de masse. Selon une équipe de scientifiques, ils pourraient alors devenir de plus en plus gros. Avez-vous déjà partagé cet article? Partager sur FacebookPartager sur Twitter Facebook Twitter Qui pourraient être nos successeurs si l’humanité venait à disparaître ? Quelle espèce serait capable de se multiplier et se disperser à l’image de l’espèce humaine ? Les rats, selon l’équipe de Jan Zalasiewicz de l’université de Leicester. En effet, d’après ces chercheurs, les rongeurs seraient en pole position pour prendre le pouvoir. Une possibilité qui a de quoi déplaire à beaucoup. Mais pas de panique car cela ne pourrait pas arriver avant encore quelques millions d’années et plusieurs étapes. La première est, bien sûr, la fin de l’humanité, explique LiveScience, qui relaie l’information. Par le passé, la Terre a déjà connu au moins cinq épisodes d’extinction de masse. Le dernier épisode date d’il y a 65 millions d’années et a provoqué la disparition des dinosaures au profit des petits mammifères. Ces derniers se sont alors multipliés et ont gagné en taille au fil du temps. Vers la catastrophe… Des chercheurs comme le géologue Jan Zalasiewicz pensent qu’une prochaine extinction est imminente, du moins à l’échelle géologique. Cela signifie qu’il faudra tout de même quelques siècles avant qu’elle se produise. Le scientifique soutient que les dégâts que cause l’homme à l’environnement sont propices à provoquer la catastrophe. « [Cette étude] est une illustration qui éclaire un problème plus vaste, précise-t-il à LiveScience. Nous autres les humains sommes en train de modifier très rapidement les conditions de vie sur Terre. C’est tout à fait notable et sans précédent dans l’histoire de la Terre. [Ce travail] est une expérience de l’esprit, mais il est basé sur la manière dont a fonctionné la géologie par le passé et sur quels types de créatures ont eu du succès ». Une espèce qui prolifère Plusieurs critères ont poussé l’équipe à hisser le rat au rang de successeur potentiel. Ces rongeurs ont déjà largement prouvé qu’ils étaient capables de coloniser durablement toutes sortes d’environnements, y compris des îles. Preuve de leur résistance, les efforts des humains pour réduire les populations de rats ont généralement été voués à l’échec. D’une manière générale, ils s’adaptent à la plupart des lieux et des conditions auxquels ils sont confrontés. D’après des calculs basés sur le rythme des repopulations après une extinction de masse, il faudrait entre 3 et 10 millions d’années pour que les rats se hissent en haut de l’échelle. D’autres animaux pourraient s’en tirer également bien, comme les chats et les cochons sauvages, mais comme ils ne sont jamais parvenus à se répandre autant que les rats ils n’auront pas la première place. Et des rats géants ? Pire, les rats devraient profiter de la place laissée par l’homme pour grossir en taille. C’est ce qu’il s’est passé lorsque que les petits mammifères ont succédé aux dinosaures. Au fil du temps, les rongeurs pourraient ainsi devenir de plus en plus imposants, en parallèle à leur dispersion sur la planète. Néanmoins, là encore, il leur faudra des millions d’années. « En leur donnant suffisamment de temps, les rats pourraient probablement grossir pour devenir aussi grand que le capybara, le plus grand rongeur du monde existant, qui peut atteindre n poids de 80 kg. Si l’écosystème est suffisamment vide, alors il pourrait devenir encore plus grand », a expliqué Jan Zalasiewicz au Independent. Le plus grand rongeur connu, Josephoartegasia monesi, vivait il y a 3 millions d’années en Amérique du Sud et était aussi large qu’un taureau pour un poids d’environ une tonne. En guise d’exemple, le chercheur cite le cas de la baleine bleue : il y a 50 millions d’années, l’ancêtre lointain de ce cétacé faisait à peu près la taille d’un loup… Toutefois, cela pourrait bien ne pas être le seul changement. Comme les autres espèces par le passé, les rats pourraient subir d’autres modifications face à leur environnement. « Ceci dépendra des circonstances particulières dans lesquelles ils se trouvent et des pressions sélectives qui pèsent sur eux », a ajouté le scientifique. Pour l’heure, les changements restent difficiles à prévoir.

En savoir plus: http://www.maxisciences.com/rat/des-rats-geants-coloniseront-ils-la-terre-si-l-039-humanite-disparait_art31957.html
Copyright © Gentside Découverte

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s